fr|en

24-08-21 Profils

Sport

Le yoga sans frontières : rencontre entre deux professeures de yoga, une française et une saoudienne

“Le yoga est une grande communauté” et il traverse les frontières. Si rien ne prédestinait la rencontre entre Caroline Perrineau et Alaa Abanomi, leur passion commune les a réunies. L’une professeure de yoga à Paris et l’autre à Riyad, elles évoquent, le temps d’un échange virtuel, leur vision de la discipline, son évolution dans leurs pays respectifs et surtout l’impact qu’elle peut avoir sur les énergies féminines et l’émancipation des femmes.

Elles évoluent sur les réseaux sociaux derrière les pseudonymes @TheYoginist et @TheSaudiAlchemist et figurent indéniablement parmi les professeures de yoga les plus influentes de leur pays sur Internet. Sous les bons auspices de l’association d’amitié franco-saoudienne Génération 2030, elles étaient réunies -virtuellement, pandémie oblige- pour la première fois. 

Deux visions du yoga mais un même constat

Traditionnellement venu d’Asie, le yoga en tant que pratique dédiée au bien-être s’est largement développé dans tous les pays du monde. La France et l’Arabie saoudite ont depuis quelques années également leurs professeurs de yoga, telles Caroline et Alaa. Bien qu’ayant chacune leur approche unique de la pratique, elles observent une recherche de spiritualité similaire, à travers le son et notamment les vibrations qu’il procure sur les champs énergétiques.

Dans son studio de Riyad, Alaa a ainsi développé une thérapie basée sur le son afin de la démocratiser : “J’aime beaucoup le son car c’est quelque chose d’universel. […] Tout le monde dans la pièce est impacté, même lorsqu’ils pensent ne pas l’apprécier, quelque chose se passe”. Caroline a elle aussi incorporé cet aspect-là dans sa pratique et ses enseignements : “Je crois réellement que la voix, le son et les vibrations sont des parties essentielles de nos vies et disent beaucoup de choses sur nos énergies”.

Leurs visions alignées, toutes deux prônent la dimension inclusive du yoga, en proposant des cours pour tous. Convaincues que la discipline est quelque chose de personnel et d’ajustable, elles insistent sur l’écoute apportée aux besoins de leurs élèves. Le but ? Leur transmettre les clés et les outils pour aider chacun à se sentir mieux dans son corps et son esprit.

Les énergies féminines au centre de leur pratique

Le yoga, c’est avant tout répondre par une pratique personnalisée à ses besoins et à ses envies. Créer sa paix et son harmonie interne ne peut se faire qu’au moyen d’une connexion du corps à l’esprit, autrement dit en s’écoutant. Les deux professeures en ont fait l’expérience à un moment de leur parcours.

Adapter sa pratique yogique est parfois nécessaire en fonction des évènements de la vie, notamment les confinements mondiaux successifs dus à la pandémie de Covid-19, mais aussi lors d’évènements plus heureux telle l’attente d’un nouvel enfant. Enceinte lors de cet entretien, Caroline a évoqué les changements qu’elle a dû opérer depuis quelques mois pour évoluer en accord avec les nouvelles énergies féminines et de maternité qu’elle ressent. 

En France comme en Arabie saoudite, le yoga est culturellement associé à une discipline féminine, le calme ou encore la souplesse étant des attributs qui leur sont prêtés au sein des consciences. Cependant, au fil des ans Alaa se réjouit d’avoir vu sa clientèle évoluer au sein de son studio de yoga saoudien : désireuse de rendre accessible la yoga therapy au plus grand nombre, elle a adapté ses enseignements et ses méthodes en fonction de ses élèves. Dorénavant, ce sont des hommes, des couples, voire des familles entières qui passent sa porte !

Aucun doute sur le fait que ces deux femmes continueront de diffuser le bien-être par le yoga au plus grand nombre. Pourquoi pas lors d’un cours donné par l’une ou l’autre lors d’une véritable rencontre dans le pays de son homologue ?

Vous pouvez retrouver l’échange complet entre les deux professeures sur le compte Instagram @generation2030frsa.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à nous permettre d’établir des statistiques de fréquentation ou à proposer des boutons de partage sur les réseaux sociaux. Vous pouvez vous y opposer. Comment faire