fr|en

16-11-20 Evénements

Innovation

G20YEA : un avant-goût de l’Arabie saoudite pour les jeunes entrepreneurs français

Les jeunes entrepreneurs ont aussi leur sommet. Trois semaines avant le traditionnel sommet du G20, cette année présidé par l’Arabie saoudite, une sélection de jeunes entrepreneurs des pays membres du Groupe des vingts s’est donné rendez-vous les 29 et 30 octobre derniers pour le G20 YEA (Young Entrepreneurs’ Alliance). Au menu : rencontres, conférences et réunions de travail avec, pour finalité, de « proposer à leurs gouvernements respectifs des initiatives en faveur des jeunes entrepreneurs » dans le sens de la croissance, de l’innovation, de l’emploi et d’un avenir durable.

« Avoir un réel impact »

Crise sanitaire mondiale oblige, ce G20 YEA s’est organisé sur la toile avec une multitude de conférences, prises de paroles et échanges virtuels retransmis en direct sur les canaux digitaux de l’événement. Ainsi, faute de pouvoir honorer le déplacement en Arabie saoudite, c’est à Paris que la délégation française pour ce sommet s’est réunie en amont et pendant l’événement pour plusieurs réunions de travail et sessions de brainstorming.

Comme depuis 10 ans, c’est l’association Citizen Entrepreneurs qui représente la France à ce G20 YEA et qui est chargée d’animer les échanges franco-français. « Citizen Entrepreneurs c’est la plateforme qui permet aux entrepreneurs de moins de 45 ans d’avoir un accompagnement à l’international, de représenter la France au sommet du G20 YEA et d’avoir un réel impact en émettant des recommandations au gouvernement français », comme le rappelle l’entrepreneuse et présidente de l’association Areeba Rehman.

« Connecter des talents »

Petite particularité pour ce G20 YEA « saoudien » : Citizen Entrepreneurs a noué un partenariat avec l’association Génération 2030. L’objectif pour cette dernière : familiariser les jeunes entrepreneurs français aux aspirations internationales avec l’écosystème économique et social saoudien. Ainsi, parmi les colloques organisés par Citizen Entrepreneurs à Paris en amont du G20 des jeunes entrepreneurs, plusieurs étaient dédiés à la connaissance de l’Arabie saoudite et co-animés par Génération 2030.

« J’ai retenu que l’Arabie saoudite est un pays qui s’ouvre complètement au monde avec une population jeune et férue de digitalisation. »

Laetitia Maffei, fondatrice de Danae

« Nous faisons du networking, c’est-à-dire que nous connectons de jeunes talents français et de jeunes talents saoudiens dans tous les domaines », explique Timothée Dufour, directeur exécutif de l’association. C’est d’ailleurs l’enjeu de ce partenariat : connecter les deux cultures et permettre, dans le cas présent, aux Français d’entrevoir des opportunités dans le royaume saoudien.

« Un pays qui s’ouvre »

Globalement méconnue en France, l’Arabie saoudite s’impose progressivement comme un eldorado entrepreneurial à l’instar d’autres pays de la région Moyen-Orient comme les Emirats arabes unis ou le Qatar. Avec une population composée à 70% de jeunes de moins de 30 ans, une société connectée et en pleine ouverture culturelle et sociale, le royaume aspire aujourd’hui à attirer de nombreux investisseurs et entrepreneurs étrangers. Et c’est à cette dernière mission que s’attèle Génération 2030.

« Ça nous a permis de mieux appréhender et comprendre l’écosystème saoudien, de voir toutes les opportunités qu’il y a et comment ça se développe, appuie Ibrahima Sissoko fondateur de Hilt Technology Engineering, une entreprise de conseil en nouvelles technologies. Nous sommes fortement intéressés pour y intégrer une structure et pourquoi pas nos compétences et nos technologies. « J’ai retenu que l’Arabie saoudite est un pays qui s’ouvre complètement au monde avec une population jeune et férue de digitalisation. Du coup, c’est très intéressant pour nous, surenchérit Laetitia Maffei, dirigeante de Danae, une entreprise dédiée à la création digitale artistique. Le message est en tout cas entendu, côté français.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à nous permettre d’établir des statistiques de fréquentation ou à proposer des boutons de partage sur les réseaux sociaux. Vous pouvez vous y opposer. Comment faire