fr|en

27-11-20 Evénements

Innovation

AlUla, « une terre d’opportunités » en Arabie saoudite

Avec l’ouverture de l’Arabie saoudite au tourisme, AlUla devient l’une des principales attractions touristiques et économiques du royaume. Trésor naturel, architectural et archéologique, la région est devenue le porte-étendard de la politique de diversification économique du pays et une opportunité pour la France d’y introduire son savoir-faire via l’Agence française pour le développement d’AlUla.

C’est le joyau sur lequel mise l’Arabie saoudite en marge de son ouverture au tourisme. Ce joyau, c’est AlUla, une oasis de la province de Médine au nord-ouest du royaume. 22 561 km² de dunes de sable et de grès parsemés de palmiers, de monts, et de rochers dantesques. Un terrain de jeu rêvé pour les amateurs de raids désertiques. Un havre de paix pour les aficionados de paysages sauvages. Dans cet écrin de vert, de roches et de sable, AlUla recèle d’autres trésors, archéologiques eux. Mada’in Saleh en est sans doute le plus poli. Ancienne ville nabatéenne, la cité s’étend sur quelques 52 hectares abritant plusieurs vestiges et plus d’une centaine de tombeaux datant du IVe siècle avant J.-C. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le site est aujourd’hui au centre d’un des projets de développement les plus ambitieux de la région.

La France aux manettes du projet de développement d’AlUla

Un projet dont la France a pris les commandes au côté de l’Arabie saoudite via l’Agence française pour le développement d’AlUla (Afalula). Née d’un accord bilatéral signé le 10 avril 2018 au Palais de l’Elysée, Afalula a été fondée en juillet 2018 à Paris pour soutenir l’Arabie saoudite dans le développement économique, touristique et culturel durable d’AlUla. « AlUla est un des thèmes principaux de coopération entre la France et l’Arabie saoudite aujourd’hui, confirme Gérard Mestrallet, le président de la structure. L’agence a été créée avec deux objectifs : co-construire ce formidable projet avec les Saoudiens et y mobiliser les savoir-faire français. »

« C’est une terre d’opportunités, et Afalula est là précisément pour aider les entreprises, les entrepreneurs, les start-ups à tenter leur chance ».

Gérard Mestrallet, président d’Afalula

Le président d’Afalula était d’ailleurs l’un des invités de marque de la délégation de jeunes entrepreneurs français du G20 YEA en octobre dernier. En marge du sommet virtuel présidé par l’Arabie saoudite, le dirigeant était venu à la rencontre d’une sélection de start-uppers hexagonaux pour exposer le travail d’Afalula. « Pour mobiliser les savoir-faire français, nous les informons, nous leur donnons tous les éléments pour qu’ils puissent répondre aux appels d’offre quand ils viendront et faire preuve de proactivité, d’imagination, d’innovation en venant proposer leurs services, appuie Gérard Mestrallet. Nous sommes là pour les aider. »

Gérard Mestrallet, président d’Afalula

Afalula, une porte d’entrée pour le savoir-faire français à AlUla

Vous l’aurez compris : Afalula est aujourd’hui une porte d’entrée pour bon nombre de projets ayant vocation à développer AlUla. L’agence est d’ailleurs investie dans de nombreux domaines dont la muséographie, l’archéologie, l’architecture et l’urbanisme, l’agriculture et la botanique, le tourisme, l’éducation, la sécurité ou encore la gestion de l’eau et de l’environnement.

Vue aérienne d’AlUla (Arabie saoudite)

« 35 000 emplois vont être créés, il y aura des dizaines de milliards de dollars investis, 10 000 chambres d’hôtels, 8 musées, avec énormément d’activités et de services qui seront rendus nécessaires », se réjouit Gérard Mestrallet. AlUla a, semble-t-il tout d’un nouvel eldorado entrepreneurial. Le Français en est même certain : « C’est une terre d’opportunités, et Afalula est là précisément pour aider les entreprises, les entrepreneurs, les start-ups à tenter leur chance ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à nous permettre d’établir des statistiques de fréquentation ou à proposer des boutons de partage sur les réseaux sociaux. Vous pouvez vous y opposer. Comment faire